Chargement en cours
Ma sélection

Lot 316 - Henri VIII, roi d’Angleterre. Lettre signée avec souscription autographe « Vre [...]

Estimation : 4 000 € / 6 000 €

Adjugé à 17 500 €


Résultats sans frais

Henri VIII, roi d’Angleterre. Lettre signée avec souscription autographe « Vre bon fre cousin co[m]père & p[er]petuel allyé », adressée à « Très hault et très puissant prince nre très cher et très aimé frère cousin compère et perpétuel allyé Le Roy Très Chrestien » [François 1er], adresse au dos. 2 pp. ¾ in-folio. Palais de Westminster, 4 avril 1537. Trou important dans la mage du second feuillet touchant légèrement le début de quelques lignes. Mouillure en haut du document sans gravité.
Très rare et précieuse lettre sur les pourparlers de paix entre François 1er et Charles Quint, qui signeront la Paix de Nice le 18 juin 1537, grâce à l’entremise du pape Paul III. « Nous avons receu les lettres de votre propre main, ensemble entendu la teneur de l’advertissement qu’il nous a faict de par vous qui contient en effect que nostre subject Reynold Pole soy disant cardinal et légat est arrivé en vostre Royaulme et de bref entend estre vers vous a intention de concilier paix entre vous et l’Empereur [Charles Quint] si possible est et nous adduyre à la dévotion du Siège de Rome [le pape Paul III]. Ou si nous en sommes refusantz convertir les forces de tous costés pour nous y contraindre. Que s’il ne peult obtenir les moyens de paix par entre vous, il entend cependant par subtils menéescouriter et entretenir nostre peuple en erre et sédition à l’encontre de nous. Et pour plus facilement conduyre son propoz à din, il apporte avecques luy lettres à tous les banquiers de deça les montz pour luy fournir argent, pensant par ce moyen nourrir et maintenir continuelle division et discorde intestine entre nous et noz subjectz. Tel est l’effect de vostre advertissement […]. Car premièrement il n’y a personne plus désireux que nous de concilier bonne paix entre vous et ledict Empereur, si en pouvions avoir les moyens ne craignant point que si vous estiez daccord ni vous ni luy nous voulussiez troubler […]. La seconde partie concerne l’armement des navires. « Quant à esquipper quelques navires sur mer dont voz ambassadeurs nous ont requis, vous avons faict respondre par nostre très féal conseiller […] que pour faulte de l’observation de quelques poinctz de vostre coste, nous ne sommes poinct tenuz et obligez de ce faire comme de debvoir […] ».
Très important document.

Demander plus d'information

Thème : Documents, Autographes Ajouter ce thème à mes alertes